Archive | février, 2014

Tags: , , , , , , , , , ,

Ce business model est le plus populaire parmi les start-up !

Posted on 28 février 2014 by admin

livreblanc3

Parmi tous les business model existants, il y en a un qui tire son épingle du jeu : le freemium. Ce mot est une contraction de deux mots – free (gratuit) et premium (prime).

Ce modèle économique est né en 2006, lorsque l’investisseur Fred Wilson, donna ce nom au modèle sur son blog. Voici ce qu’il écrivait à l’époque :

« Donnez votre produit ou service gratuitement, éventuellement avec une offre publicitaire, acquérez une base de clientèle avec du bouche-à-oreille, des réseaux de référence, du search marketing organique, etc., ensuite offrez des offres Premium à cette même base de clients. »

Ce modèle économique très répandu fonctionne bien pour une raison simple car il est en adéquation avec l’esprit même du web qui consiste à offrir avant de vendre. Soit l’inverse de l’économie traditionnelle. Mais il est important de noter que ce modèle est possible aujourd’hui car sur Internet les coûts de production et de distribution ont des coûts qui tendent vers zéro ce qui fait que l’on peut se permettre de l’offrir. Chose totalement impossible si l’on offrait un produit physique. La plupart des sites comme Deezer, Spotify, Skype…fonctionne sur ce modèle. Ce qui est offert, ce sont des fonctionnalité, du temps, des capacités etc. Je citerais Chris Anderson, auteur du livre référence sur le modèle d’affaires freemium intitulé « Free, entrez dans l’économie du gratuit » : « Les bits veulent être gratuits »

free+premium

Si vous voulez mettre un place un modèle économique « freemium », vous devez vous assurer qu’il requiert les caractéristiques de base à savoir :

Votre version gratuite doit être :

- Limité dans le temps
- Limité par les fonctions
- Limité en capacité
- Limité en quantité

L’objectif de ce modèle, c’est de présenter un service gratuit attractif (donc utile) tout en gardant suffisamment de valeur pour les options payantes (le cœur de la monétisation). Toute la monétisation réside dans cet équilibre subtile.

Avant de vendre un produit ou un service en freemium, posez vous la question : mon modèle économique répond il à ces caractéristiques ?

Jean-Noël TOUBON

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (2)

Tags: , , , , , ,

Monétisez vos contenus vidéo grâce au module « PayPerView »

Posted on 17 février 2014 by admin

livreblanc3Le modèle économique sur Internet est crucial. Tout le monde le cherche mais personne ne le trouve…enfin presque.

Ils sont nombreux les entrepreneurs, les développeurs à se creuser les méninges pour trouver le Saint Graal. Parmi les idées novatrices que j’ai pu voir sur Internet, il y en a une qui a retenu mon attention. Le module de paiement des contenus vidéo appelé « PayPerView » de l’entreprise BD Multimédia.

« Pour qu’un moyen de paiement fonctionne, il faut qu’il soit simple d’utilisation, rapide et fiable. »

payperview

Je dois admettre que celui-ci rempli toutes ces prérogatives.

Si vous diffusez du contenu vidéo alors ce module peut vous intéresser. Je n’en dit pas plus, je vous laisse visionner la vidéo démonstrative.

Cliquez ici pour visionner la vidéo démonstrative

Jean-Noël TOUBON

ebook-media-web-1

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , ,

Avoir un contenu au service de votre modèle économique

Posted on 17 février 2014 by admin

livreblanc3Dans un univers ou l’abondance règne, votre contenu doit être original si vous voulez vous distinguer. Original dans la forme mais également (et surtout?) dans le fond.

Je vais m’attarder sur la fond car c’est l’aspect le plus important pour deux raisons : être référencé puis être lu et enfin être acheté.

Sur Internet on trouve deux écoles, celle qui affirme que l’important est de diffuser régulièrement et peu importe la pertinence du contenu et celle qui affirme que la pertinence est essentielle quitte à diffuser moins régulièrement.

J’opte pour la deuxième option. Préférez diffuser moins d’articles (mais régulièrement) mais soigner sa pertinence.

Votre article doit soit :

1- répondre à des questions que les internautes se posent
2- résoudre des problèmes
3- donner une informations exclusive
4- proposer un éclairage/ une analyse sur un fait ou une actualité
Etc.

Pour vendre sur Internet, vous devez avoir une politique de contenu irréprochable qui apporte une réelle valeur ajoutée à vos lecteurs. Les sites qui fonctionnent économiquement parlant sont des sites qui rendent un service de qualité et souvent qui n’est pas proposé ailleurs. Si vous voulez vendre sur Internet : rendez service, proposez du contenu que les autres ne proposent pas ou si ce contenu existe, soyez différent, plus précis, plus pertinent, plus utile…

Attention, le contenu que vous proposerez gratuitement à vos lecteurs doit également être précis et pertinent.

« L’erreur serait d’accorder moins d’importance aux contenus que vous ne vendez pas. »

contenu

Les contenus gratuits sont là pour vous rendre crédible. Il faut que l’internaute se disent : « Si déjà avec la version gratuite, j’apprends quelque chose, il répond à des questions, qu’est ce que cela doit être avec la version payante. »

La tâche la plus compliquée est le dosage entre le contenu payant et le contenu gratuit. Il ne faut pas trop en donner tout en en donnant beaucoup… !!

Pour savoir quoi proposer comme contenu, je vous invite à consulter les blogs qui parlent de votre thématique, Google Trends, les réseaux sociaux…faites de la veille sur votre thème, regardez sur votre Google Analytics les mots clés les plus recherchés et proposez du contenu le plus intéressant possible.

Bref, ne vendent sur Internet que les sites pertinents sur un thème et utiles (qui rendent service ou qui comblent un besoin)

Votre avis m’intéresse, et vous quelle est votre politique de contenu ?

Jean-Noël TOUBON

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Presse papier/presse en ligne : l’exemple du journal « le Progrès » de Lyon

Posted on 03 février 2014 by admin


livreblanc3Je tenais à commencer cette année 2014 avec un exemple concret. Le journal « Le Progrès » de Lyon qui a commencé sa version web dès les années 2000, il fait office de précurseur dans sa volonté d’investir le web. A partir des élections de 2007, il va intensifier sa formule web et commencer à réellement envisager des journalistes dédiés aux web.

« On a tous compris que c’était l’axe sur lequel il fallait se développer, et que cela allait prendre des proportions que l’on avait tous sentis et qu’il y avait, à l’époque, un côté « star-up »" [...] Sébastien Jullien – Journaliste web

« On entend souvent dire que le lecteur papier est le même que le lecteur web, non ce n’est pas le même, on se prend des lecteurs, non on ne s’en prend pas etc. Ce qu’on constate c’est que nos internautes sont un peu plus jeunes que nos lecteurs papier«  Jean-Philippe Vigouroux – Chef de service

« Tout ce qui est chaud et du domaine de la révélation, ça va fonctionner, c’est aussi le cas de l’information sportive, quand on parle d’un match le lendemain, ça va fonctionner généralement beaucoup moins bien que si on le traite en live. Tout ce qui a une valeur d’usage fonctionne, c’est à dire que vous annoncez la fermeture d’une rocade tel jour à telle heure ou vous annoncez qu’il va y avoir une grève dans les cantines municipales le lendemain, il y a une valeur d’usage forte pour l’internaute, donc la aussi vous allez avoir des grosses audiences sur ces contenus là. » Jean-Philippe Vigouroux – Chef de service

progres-lyon

« Ne pas veiller à ce qui se passe sur les réseaux sociaux, c’est rater des informations. Concrètement aujourd’hui que ce soit les médias ou les politiques etc communiquent sur les réseaux sociaux avant même que l’information soit sortie officiellement par ailleurs, donc on ne peut plus rater grand chose si on a une bonne veille d’infos, mais avoir une bonne veille d’infos c’est suivre les bonnes personnes et ça c’est le plus dur. » Sébastien Jullien – Journaliste web

« Alors il y a deux sources de revenus, c’est le même modèle que pour le papier, la publicité et les abonnements. La publicité représente une part croissante, aujourd’hui le display progresse d’années en années. Depuis 3 ans on a introduit du contenus payant aux abonnés, auparavant les contenus que l’on ne voulait pas donner gratuitement, on ne les diffusait pas. Ce n’est pas comparable avec les ventes papiers, mais voir un chiffre de vente de contenus progresser et quasi doubler d’années en années, dans le discours ambiant c’est plutôt encourageant.«  Jean-Philippe Vigouroux – Chef de service

 » L’avenir de la PQR (presse quotidienne régionale) est sur le web mais sous quelle forme et sous quel modèle économique ça on ne sait pas, on a vu que de très nombreux journaux on tenté divers formules sous obtenir de réponses probantes, on a beaucoup de modèles qui se tournent vers le payant, ça ne veut pas dire que le papier est mort, cela veut dire qu’on peut penser une adéquation entre l’offre web et papier. » Sébastien Jullien – Journaliste web

Source : Journalismes.info

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Advertise Here
Advertise Here