Archive | avril, 2014

Tags: , , , , , , , ,

4 actions à penser et à appliquer au lancement de sa webtv

Posted on 28 avril 2014 by admin

livreblanc3

Dans les questions que j’ai posées aux personnes inscrites à ma liste de diffusion, il y en avait une de très importante. Cette question c’était : « Quelles sont vos principales interrogations au lancement d’une webtv ? ». Parmi les réponses, il y avait la stratégie à adopter et le modèle économique. Or l’un à des conséquences sur l’autre. Une bonne stratégie engendre des affaires. Distinguons tout d’abord les 3 principales webtv que l’on retrouve en France car la stratégie peut être quelque peu différente selon que l’on soit :

  1. Webtv d’information, d’actualité
  2. Webtv thématique
  3. Webtv d’entreprise/corporate

Pour ces trois types de webtv, je vais vous donner 4 actions indispensables à réaliser avant le lancement de votre média sur Internet. Bien souvent, avant de se lancer, on ne sait pas trop par ou commencer tant il y a des « choses » à entreprendre. La liste n’est évidemment pas exhaustive, il s’agit d’actions stratégiques.

strategie-lancement-webtv

1- Déterminer votre stratégie de contenus.

Dans la mesure du possible, interrogez régulièrement votre audience. Conversez avec eux sur leurs souhaits, envies, besoins et adaptez vos contenus, votre site et vos supports.

  • qui me regarde (profil type du mon visiteur)
  • pourquoi me regardent-ils (leurs motivations)
  • qu’est ce qu’ils regardent (leurs contenus préférés)
  • comment me regardent-ils (fréquence, durée…)
  • quels supports préfèrent-ils (vidéo, podcast, texte…)

Actions à mettre en place et outils

- Sondez votre audience avant le lancement (créez une page d’attente), pendant et régulièrement après

- Analysez votre contenu et votre site

2- Déterminer votre stratégie commerciale

Une fois que vous connaissez votre audience, que vous savez quoi produire comme contenu et de quelle manière, vous pouvez mettre en place votre stratégie commerciale. En quoi cela consiste ? Il s’agit de mettre en oeuvre des moyens commerciaux et marketing de façon coordonnée dans le but d’atteindre des objectifs. Au sein de cette stratégie, vous aurez un certain nombre d’actions à réaliser. Fixez vous un objectif commercial (exemple : générer 5000€ par mois ou augmenter mon chiffre d’affaires de 20% cette année etc.), une fois fixé, vous allez déterminer un plan d’actions à réaliser sur une durée plus ou moins longue qui doivent avoir pour résultat, pour but d’atteindre cet objectif.

3- Déterminer votre stratégie marketing

Maintenant que vous connaissez votre audience (l’interaction avec votre audience doit être constante), que vous savez quels sont vos objectifs commerciaux, il vous reste à déterminer quelles seront vos actions marketing pour y parvenir. Vous devez mettre en place un processus (si possible) automatique d’actions coordonnées.

  1. Créer du contenu qualitatif régulier
  2. Faire venir du trafic sur son site (réseaux sociaux, forum, référencement, publicité etc.)
  3. Capter les noms et emails des visiteurs en leur offrant un cadeau pertinent sur la thématique du site (si possible numérique ce qui évite des coûts financiers)
  4. Leur envoyer du contenu régulièrement et interagir avec eux, les sonder, leur poser des questions en somme les découvrir. Humanisez votre site
  5. Repérer leurs problèmes, interrogations, leurs frustrations, leurs désirs non assouvis…
  6. Leur donner la solution par un produit, un service, un contenu..
  7. Construire la « solution » avec eux
  8. Vendre la solution
  9. Automatiser le processus

4- Définir sa stratégie de communication

Pour que votre stratégie commerciale et marketing fonctionne et donne des résultats, vos contenus doivent être lus. Pour cela, des actions coordonnées de communication s’imposent. Quelles actions entreprendre ?

  • Créer des comptes sur les réseaux sociaux (attention : ne créez des comptes que sur des réseaux cohérents avec votre contenu et ne vous dispersez pas, un réseau non utilisé peut être contre productif)
  • Utiliser les communiqués de presse
  • Mettre en place des partenariats stratégiques
  • Etre actif sur d’autres sites, blogs, forum et poster des contenus pertinents pour vous faire remarquer
  • Optimiser son site pour Google
  • Rédiger de façon à être « Google compatible »
  • Mettre en place une newsletter
  • Etre régulier dans la publication (minimum 2 contenus par mois)
  • Organiser des événements dans la « vraie vie » ou être présent aux événements de votre thème
  • Etc.

Bien entendu le but de ces actions est de drainer du trafic sur votre site et ainsi entretenir une relation avec votre audience intéressée grâce aux mails qu’ils vous auront laissés. La machine se mettra alors en route.

Il s’agit des 4 actions primordiales à penser et à entreprendre avant, pendant et tout au long de la vie du site. D’expérience, au lancement de sa webtv ou de son site on ne sait pas trop par ou commencer, on a 1000 choses à faire en même temps, on ne sait pas ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas…Une montage se dresse devant vous.

Je vais vous rassurer, pendant toute l’existence de votre site, vous allez changer beaucoup de chose et cela tous les 6 mois par contre ce qui est essentiel, à savoir les 4 actions précédemment évoquées, vous ne le changerez pas régulièrement. Il s’agit d’un cap à tenir. Vous pouvez le changer mais seulement si vous avez des raisons objectives de le faire.

Ces 4 actions vous permettrons de :

  • Avoir un contenu cohérent
  • Une audience active, impliquée et fidèle
  • Créer des relations intéressantes, constructives avec vos visiteurs et vos clients
  • De répondre à un besoin (toujours plus agréable que d’imposer un produit non désiré)

Avant de vous lancer, prenez du temps pour réfléchir à ces 4 actions.

Et vous, qu’est ce qui vous semble le plus compliqué ? Laissez moi un commentaire

ebook-media-web-1

-

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (1)

Tags: , , , , , ,

Pourquoi ce type de monétisation est pertinent ?

Posted on 24 avril 2014 by admin

livreblanc3

En faisant de la veille sur les différentes façons de monétiser son site Internet, je suis tombé sur un site d’information national bien connu : Atlantico. Ce site ouvertement libéral, a pendant des années fait le choix du tout gratuit en se finançant exclusivement par la publicité. Or depuis 2012, après une levée de fond de 2 millions d’euros, ils ont opéré un virage à 180 degré. Le site devra se financer de deux manières :

- Vente d’e-book de 50 pages maximum sur des thématiques développées par les auteurs d’articles ou issus de la banque de données de l’éditeur Eyrolles (partenaire sur ce projet)

- Repackaging de contenus qui, selon le journal, était une demande de leurs lecteurs.

Avant de décortiquer ces deux idées, il faut simplement faire remarquer que le modèle publicitaire n’est non seulement pas suffisant pour rentabiliser un site Internet mais la publicité est de plus en plus détestée par les internautes, pour s’en convaincre, il suffit de voir le succès grandissant du logiciel AdblockPlus (qui permet de supprimer la publicité).

La publicité est vécue comme une intrusion dans notre processus de consultation même si nous pouvons la supprimer grâce à cette petite croix qui apparaît au bout de quelques secondes sur les vidéos. La publicité est surtout un modèle d’affaire qui ne colle pas beaucoup aux principes de fonctionnement du web dans ce sens ou elle n’apporte pas de réelle valeur ajoutée à l’internaute. La publicité ne permet pas à l’internaute de vivre une expérience utilisateur intense. Pour moi, une monétisation réussie c’est :

Rendre service ou résoudre un problème ou apprendre quelque chose.

Après avoir payé son produit ou son service, l’internaute veut avoir avancé, progressé, soit dans sa réflexion soit dans son activité professionnelle, soit dans sa vie personnelle…

Revenons maintenant à notre cas pratique d’Atlantico. En quoi ces deux idées sont, selon moi, deux bonnes idées.

1- La vente d’e-book.

Des articles d’actualité, le web en regorge. Des articles de fond, avec une analyse poussée, le web en compte un peu moins. Très souvent les articles importants, de fond, comptent 3000 signes, ce qui est déjà un bel article. Lorsqu’en tant qu’internaute, vous terminez la lecture d’un article qui vous passionne, vous souhaitez en savoir plus, vous avez un goût de « trop peu », vous voulez aller plus loin dans l’analyse, vous êtes prêt(e) à payer pour cela.

Atlantico souhaite se positionner entre le livre et l’article puisque ses e-book ne feront pas plus de 50 pages avec un prix en conséquence. Atlantico veut vendre du savoir, des connaissances. Ce choix est dans la dynamique web. Vous sortez grandi de votre achat, vous avez avancé dans votre réflexion.

2- Le repackaging d’articles.

Lorsque vous arrivez sur la page d’accueil d’un site d’information, vous avez sûrement ressenti la même chose que moi : il y en a PARTOUT ! Il est difficile de s’y retrouver. Si vous manquez une journée, là, vous êtes vite paumé. Si je vous propose de vous faire une sélection d’articles, tous les jours, tous les mois qu’importe (ça se définit avec les internautes), vous me remercierez pour ce gain de temps que je vous propose.

Atlantico le dit très bien : « certains lecteurs nous le demandent et sont prêts à payer pour ce service »

Il est normal d’être prêt(e) à payer pour un vrai service rendu. Repackager vos contenus de façon attrayante et pourquoi pas en y ajoutant des mises à jour ou des vidéos, des podcasts…Vous lui avez rendu un service qui lui a permis d’avancer dans sa réflexion, dans ses choix de vie, dans sa façon de penser…

Pour conclure, je pense que la publicité ne disparaîtra pas, non, il y aura toujours de la publicité mais qu’elle sera peut être la dernière forme de financement d’un site Internet.

Racontez moi votre expérience ! Et vous comment financez vous votre site ?

Jean-Noël Toubon

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , , ,

La règle fondamentale pour monétiser votre site

Posted on 15 avril 2014 by admin

livreblanc3

Le premier élément à prendre en considération est le fait que sur Internet, tout est potentiellement accessible, et ce, gratuitement, ce qui change considérablement la donne car sur le marché physique, si vous voulez acquérir un bien ou un service, il faut sortir votre chéquier. Cet élément a, dans un premier temps, déstabilisé les entreprises qui semblaient voir dans le web un danger, une menace ou tout simplement la disparition de leur activité. Passé cette période d’agacement, il a fallu tenter d’en comprendre les raisons et s’adapter en modifiant en profondeur sa perception du marketing.

« Aussi étrange que cela puisse paraître, sur Internet, ce n’est pas le produit ou le service en tant que tel que les internautes achètent. »

Un contenu numérique est duplicable, il finira donc par être gratuit, c’est un fait, il faut composer avec. Partant de ce constat, ce qui se vend sur Internet, c’est le service que vous allez rendre à vos internautes ou le bénéfice que vous allez leur apporter.

Avec Internet, il a fallu composer avec une nouvelle notion fondamentale qui n’existe pas dans l’économie réelle : la gratuité. Pourquoi acheter un produit que vous pouvez trouver facilement ailleurs sur le web ?

Prenons un exemple : la musique. Lorsque le site Deezer s’est mis à proposer un accès payant à ses contenus, Youtube permettait déjà d’écouter de la musique gratuitement. Pourquoi payer de la musique alors qu’un autre site permet de le faire gratuitement ? Youtube est un site ou l’on trouve tout et n’importe quoi (et bien souvent n’importe quoi)…il faut faire des recherches parfois précises pour trouver exactement le morceau que vous vouliez, vous ne connaissez pas le nom de l’album, parfois l’enregistrement est de mauvaise qualité parce qu’il a été extrait d’un vinyle ou enregistré à partir d’un smart phone (histoire vécue…), bref, vous pouvez l’écouter gratuitement mais l’accessibilité n’est pas aussi aisée que sur Deezer qui garantie la qualité et la trouvabilité. Vous ne payez pas Deezer pour la musique mais pour le service qu’il vous rend en la rendant de bonne qualité et accessible.

Trouver-le-parfait-produit-à-vendre

Prenons un autre exemple : la presse écrite. Nombreux sont les sites qui s’arrachent les cheveux pour trouver un modèle rentable, nombreux sont les sites qui n’optent que pour la publicité pour espérer le rentabiliser. Or le marché de la publicité, selon mon humble pronostic, va tendre à disparaître, en tout cas sous sa forme actuelle pour plusieurs raisons simples :

1 - l’agacement croissant des internautes pour la publicité (le succès de Adblock+ entre autres en témoigne). L’internaute a le pouvoir, il a donc décidé qu’il ne voulait pas de pollution visuelle et auditive.
2 –  le peu de valeur ajoutée apportée à l’internaute (une publicité n’apporte pas de solution, ne résout pas de problème, elle vend)
3 –  la baisse du ROI (Return On Investement) pour les marques et du taux de conversion pour les bloggeurs. Trop de pub, tue la pub, le web ressemble de plus en plus au parking d’un centre commercial ;)

Revenons à mon exemple. Il existe quelques expériences intéressantes dans la presse écrite comme Médiapart qui vend l’enquête, l’investigation (non duplicable). Les contenus de base doivent être accessibles gratuitement. Un autre site d’informations teste un modèle qui je pense fonctionnera mieux que la publicité à terme : Atlantico.fr

Pure player fonctionnant uniquement grâce à la publicité depuis sa création, ils ont fait le choix récemment de diversifier leurs revenus et d’adopter un modèle qui va dans le sens du web.

« Pour monétiser votre site, rendez un service non duplicable. »

Leur stratégie ? Proposer aux internautes d’acheter des e-book sur des thématiques développées tout au long des articles, ce qui permet d’approfondir les sujets traités. La valeur ajoutée est élevée et il est impossible de le retrouver sur Internet gratuitement. Ce modèle est donc typiquement « web ». Un site d’informations proposent énormément de contenus quotidiennement. Il est souvent difficile pour un internaute de s’y retrouver ou tout simplement de retrouver des articles vieux de quelques mois ou de quelques années. Ils proposent également de « repackager leurs contenus » (utilisez les plus lus, sur une thématique précise, sur une personne…) sous une nouvelle forme, sous un angle différent, avec de la vidéo, des photos, du son exclusif. Vous rendez un service non duplicable : typiquement « web » !

Des exemples, il en existe beaucoup. Pour votre futur projet web, pensez à ceci : quel service puis je leur rendre et peut on le dupliquer ? Si vous avez la réponse à cette question, alors vous êtes sur la bonne voie de la monétisation de votre site.

J’attends vos remarques avec impatience en bas de cet article. Qu’en pensez vous ?

Jean-Noël Toubon

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , , , , , ,

Les 5 raisons de proposer du « native advertising »

Posted on 10 avril 2014 by admin

livreblanc3

Oui, l’univers de la publicité sur Internet regorge de termes emprunts à la langue de Shakespeare, je me dois donc d’expliquer. Le native advertising  est un contenu qui fait la promotion d’un annonceur (article, image, vidéo, etc.) et qui est inséré dans le contenu éditorial classique d’un site internet.

Le native advertising prend de plus en plus d’importance chez les annonceurs puiqu’il s’intègre beaucoup mieux, les lecteurs sont confrontés au message de manière plus naturelle. De plus, les publicités bannières classiques sont de moins en moins acceptées auprès des internautes, trop intrusives, l’image de la marque peut se dégrader alors que le native advertising permet un engagement plus important du visiteur. Les statistiques montrent bien la baisse d’intérêt des internautes sur le display classique moins efficace, c’est un fait. Le taux de clic est passé de 9% en 2000 à 0,2% en 2012, et 1 personne sur 3 trouve la publicité sur internet intempestive ou intrusive

Le native advertising n’existe pas depuis la semaine dernière, il existait déjà dans la presse écrite, on l’appelait le « publi-rédactionnel » , il ne s’agit donc pas d’un effet de mode. Le native advertising est un type de publicité efficace et qui colle parfaitement à la philosophie web, en voici les raisons principales :

sharethrough-native-ad-lift

5 raisons de proposer du native advertising

- Quand il prend la forme d’un contenu texte, il participe à votre référencement.

- Il apporte une réelle valeur ajoutée à vos clients puisqu’il propose un contenu souvent plus qualitatif, parfois utile à vos visiteurs.

- Il n’est pas intrusif, pas de pollution visuel et/ou sonore  et offre une expérience visiteur agréable.

- Il se monétise plus cher en raison de sa valeur perçue plus importante et de son son taux de conversion plus élevé

- Il permet de mêler différents média (vidéo, podcast, texte…)

Nous utilisons déjà au sein de Pulceo.com ce type de publicité qui, avec du recul, est très bien perçu par nos annonceurs car ils valorisent leurs savoirs-faire, leurs compétences etc. Cela vous permet également de vous démarquer de la presse écrite qui propose plus de la publicité sous forme d’encart publicitaire que du publi-rédactionnel. Je vous invite donc à tester ce format publicitaire pour financer votre webtv, blog ou site Internet.

Pour vous donner un exemple concret de publi-rédactionnel, suivez ce lien La mode du gazon

Jean-Noël Toubon

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Advertise Here
Advertise Here
javaversion1
Warning: passthru() [function.passthru]: Cannot execute a blank command in /home/mediawebd/www/wp-content/themes/premiumnews/footer.php on line 3