Archive | LES WEBTV

Tags: , , , , ,

Une plate-forme web en construction, rejoignez l’équipe

Posted on 20 mai 2014 by admin

Website Construction

Je vous en parlais depuis quelques temps, une plate-forme « webtv » est en préparation depuis quelques semaines maintenant. Je vous propose de participer à sa finalisation et sa construction.

Je vous propose également de participer à la conception des outils nécessaires au bon déroulement de votre projet. Rejoignez l’équipe en apportant vos avis, vos remarques pour en faire le meilleur outil qui soit !

Je vous propose deux axes majeurs : le contenant et le contenu

1-  Le contenu (vos articles, votre modèle…) C’EST VOUS

2- Le contenant (site, plug in, logiciels…) C’EST NOUS

En quoi consiste cette plate-forme, quelle est l’objectif ?

1- Avoir un outil adaptable, simple d’utilisation afin de se concentrer sur l’essentiel : le contenu.

2- Avoir tous les outils de monétisation afin de choisir la meilleure formule pour votre projet

3- Etre accompagné au lancement et tout au long de votre projet

4- Aucune contrainte technique (installation, mise à jour, ajout de plug-in…)

5- Aucun savoir-faire stratégique nécessaire au démarrage (marketing, commercial, contenu, communication) – les outils seront fournis et les premiers tâches seront exécutées avec un expert

6- Toute la démarche vous sera enseignée afin d’être autonome le plus vite possible

7- Possibilité de former votre équipe

8- Possibilité de formation au contenu texte, vidéo, son

9- Conseil à la formation d’une équipe type

10- Conseil dans l’achat de matériel

Si vous voulez faire partie de l’équipe de conception de toutes ces missions, rejoignez nous cliquez ici

Jean-Noël TOUBON

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , , ,

La règle fondamentale pour monétiser votre site

Posted on 15 avril 2014 by admin

livreblanc3

Le premier élément à prendre en considération est le fait que sur Internet, tout est potentiellement accessible, et ce, gratuitement, ce qui change considérablement la donne car sur le marché physique, si vous voulez acquérir un bien ou un service, il faut sortir votre chéquier. Cet élément a, dans un premier temps, déstabilisé les entreprises qui semblaient voir dans le web un danger, une menace ou tout simplement la disparition de leur activité. Passé cette période d’agacement, il a fallu tenter d’en comprendre les raisons et s’adapter en modifiant en profondeur sa perception du marketing.

« Aussi étrange que cela puisse paraître, sur Internet, ce n’est pas le produit ou le service en tant que tel que les internautes achètent. »

Un contenu numérique est duplicable, il finira donc par être gratuit, c’est un fait, il faut composer avec. Partant de ce constat, ce qui se vend sur Internet, c’est le service que vous allez rendre à vos internautes ou le bénéfice que vous allez leur apporter.

Avec Internet, il a fallu composer avec une nouvelle notion fondamentale qui n’existe pas dans l’économie réelle : la gratuité. Pourquoi acheter un produit que vous pouvez trouver facilement ailleurs sur le web ?

Prenons un exemple : la musique. Lorsque le site Deezer s’est mis à proposer un accès payant à ses contenus, Youtube permettait déjà d’écouter de la musique gratuitement. Pourquoi payer de la musique alors qu’un autre site permet de le faire gratuitement ? Youtube est un site ou l’on trouve tout et n’importe quoi (et bien souvent n’importe quoi)…il faut faire des recherches parfois précises pour trouver exactement le morceau que vous vouliez, vous ne connaissez pas le nom de l’album, parfois l’enregistrement est de mauvaise qualité parce qu’il a été extrait d’un vinyle ou enregistré à partir d’un smart phone (histoire vécue…), bref, vous pouvez l’écouter gratuitement mais l’accessibilité n’est pas aussi aisée que sur Deezer qui garantie la qualité et la trouvabilité. Vous ne payez pas Deezer pour la musique mais pour le service qu’il vous rend en la rendant de bonne qualité et accessible.

Trouver-le-parfait-produit-à-vendre

Prenons un autre exemple : la presse écrite. Nombreux sont les sites qui s’arrachent les cheveux pour trouver un modèle rentable, nombreux sont les sites qui n’optent que pour la publicité pour espérer le rentabiliser. Or le marché de la publicité, selon mon humble pronostic, va tendre à disparaître, en tout cas sous sa forme actuelle pour plusieurs raisons simples :

1 - l’agacement croissant des internautes pour la publicité (le succès de Adblock+ entre autres en témoigne). L’internaute a le pouvoir, il a donc décidé qu’il ne voulait pas de pollution visuelle et auditive.
2 –  le peu de valeur ajoutée apportée à l’internaute (une publicité n’apporte pas de solution, ne résout pas de problème, elle vend)
3 –  la baisse du ROI (Return On Investement) pour les marques et du taux de conversion pour les bloggeurs. Trop de pub, tue la pub, le web ressemble de plus en plus au parking d’un centre commercial ;)

Revenons à mon exemple. Il existe quelques expériences intéressantes dans la presse écrite comme Médiapart qui vend l’enquête, l’investigation (non duplicable). Les contenus de base doivent être accessibles gratuitement. Un autre site d’informations teste un modèle qui je pense fonctionnera mieux que la publicité à terme : Atlantico.fr

Pure player fonctionnant uniquement grâce à la publicité depuis sa création, ils ont fait le choix récemment de diversifier leurs revenus et d’adopter un modèle qui va dans le sens du web.

« Pour monétiser votre site, rendez un service non duplicable. »

Leur stratégie ? Proposer aux internautes d’acheter des e-book sur des thématiques développées tout au long des articles, ce qui permet d’approfondir les sujets traités. La valeur ajoutée est élevée et il est impossible de le retrouver sur Internet gratuitement. Ce modèle est donc typiquement « web ». Un site d’informations proposent énormément de contenus quotidiennement. Il est souvent difficile pour un internaute de s’y retrouver ou tout simplement de retrouver des articles vieux de quelques mois ou de quelques années. Ils proposent également de « repackager leurs contenus » (utilisez les plus lus, sur une thématique précise, sur une personne…) sous une nouvelle forme, sous un angle différent, avec de la vidéo, des photos, du son exclusif. Vous rendez un service non duplicable : typiquement « web » !

Des exemples, il en existe beaucoup. Pour votre futur projet web, pensez à ceci : quel service puis je leur rendre et peut on le dupliquer ? Si vous avez la réponse à cette question, alors vous êtes sur la bonne voie de la monétisation de votre site.

J’attends vos remarques avec impatience en bas de cet article. Qu’en pensez vous ?

Jean-Noël Toubon

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , , , ,

Les medias en ligne français utilisent-ils suffisamment le rich media

Posted on 31 mars 2014 by admin


Interview d’Alain Joannès par Internet-Opinions

livreblanc3

Alain_Joanne_s_2

Cette vidéo a certes quelques années (2008) mais au cours de cet entretien, le journaliste Alain Joannès, aujourd’hui disparu, évoque les différences fondamentales entre les médias anglo-saxons et les médias français dans leurs façons d’approcher ce nouveau canal d’informations : le web. Il est auteur de plusieurs livres dont « Data journalisme. Bases de données et visualisation de l’information », édition CFPJ, 2010

“Le datajournalisme* permet la production d’une information à haute valeur ajoutée”

Il existe, encore aujourd’hui, certaines réticences à l’utilisation de nouveaux outils comme le son, l’image ou encore l’animation pour enrichir un contenu journalistique. Il y a sûrement un fossé générationnel pour l’expliquer, mais l’excuse cache souvent une raison plus inavouable : le refus de remettre en question son métier et cette nouvelle façon de l’exercer.  Peut être est-ce typique de la culture française…

Je vous laisse écouter…

Jean-Noël TOUBON

*Le journalisme de données, également appelé datajournalisme, est un procédé journalistique qui consiste à analyser des bases de données, afin d’en retirer du contenu informationnel. Celui-ci est ensuite retranscrit sur Internet sous forme d’interfaces visuelles interactives.

ebook-media-web-1

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , , ,

La patron de Google News s’adresse à des éditeurs en ligne

Posted on 25 mars 2014 by admin

livreblanc3

Je suis tombé sur cette interview du patron de Google+ et de Google News, Richard Gingras, qui s’adressait à 70 éditeurs français en ligne. Je trouve cette interview essentielle et très très intéressante car elle est concrète et il ne mâche pas ses mots. Chaque média en ligne devrait lire cet entretien capital pour comprendre les années futures de la presse en ligne.

Extraits

Créer une culture du travail intégrant l’innovation permanente

« Le rythme de l’innovation ne diminuera pas, il va même s’accélérer. Penser que nous sommes aujourd’hui dans une phase de transition qui nous emmènerait d’un état de médias vers un autre état de médias est profondément absurde (…)

L’innovation ce n’est pas juste une nouvelle interface-utilisateur sexy. Ce n’est pas seulement ce que nous produisons, c’est aussi comment nous le produisons. C’est prendre des risques et essayer des choses ».

« De même, je pense aujourd’hui que la transformation est un mot dangereux. La transformation implique des compromis, implique de relier le passé à l’avenir et débouche souvent sur des innovations cruciales pour l’avenir, mais influencées de manière dangereuse par l’expérience du passé. Avec au bout une amélioration partielle, alors que l’avenir exige un changement radical dans les manières de penser de facteur 10 ».

«Il y a beaucoup, beaucoup de questions. Aucune n’est facile (…) Et il n’y a pas de réponse unique (…) mais je ne vois pas cette nouvelle période autrement que comme une renaissance de la créativité dans les médias et leurs technologies. Tous les chiffres, toutes les données, toute l’expérience des 15 dernières années le montrent. Elle ne surgira certes pas sans défis, sans de nouvelles disruptions, sans de continuelles innovations. Mais elle surgira. »

« Franchement que nous le voulions ou non, cette re-création de tous les aspects des médias interviendra car de jeunes innovateurs et entrepreneurs, sans les bagages du passés, sans modèles à protéger, saisiront les opportunités à partir d’une feuille blanche. »

Richard Gingras

L’avenir du journalisme dépend de formes non encore inventées

« Nous sommes dans une ère plus journalistique, où tout le monde peut participer, où la forme même du journalisme a changé. Nous sommes tous des journalistes. Nous sommes tous des éditeurs. (…) Pour moi, il n’y a aucun doute que l’avenir du journalisme sera meilleur que son passé. La question est seulement de savoir au bout de combien de temps le nouvel écosystème prendra forme et combien de temps il nous faudra pour nous habituer à sa nature plus chaotique ».

Programmer la programmation

Après le search, les liens et les réseaux sociaux, arrivent aujourd’hui les algorithmes qui vont « vous mettre en relation avec des gens que vous ne connaissez pas, mais que vous devriez connaître (…) J’appelle cela programmer la programmation pour orienter la découverte en combinant des algorithmes à vos graphes sociaux, civiques, de centres d’intérêt, de temps et d’événements, de comportements et de localisation ».

« Proposer tous les contenus pour tout le monde ne fonctionne plus dans l’univers du web, riche de milliers de produits destinés à autant de niches d’audience.»

Il est plus important de développer une expertise que d’essayer de s’adresser à tout le monde en même temps : « l’expertise permet de passer au dessus de toutes les autres voix. »

Lire la suite de l’entretien en suivant ce lien

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , , ,

Quel type d’internaute êtes-vous ?

Posted on 12 mars 2014 by admin

livreblanc3

Benjamin Bayard est un expert en télécommunications et ancien président de French Data Network, le plus ancien fournisseur d’accès à Internet en France encore en exercice. Cet expert diffuse régulièrement des conférences sur Internet et sur le web, son fonctionnement, ses logiques, ses utilisateurs etc. Ces conférences sont des mines d’information et de compréhension pour quiconque souhaite évoluer dans cet univers « nouveau’.

Lors d’une conférence, il a défini quels étaient les différents profils d’utilisateurs d’ »Internet ».

Et vous, ou vous situez vous ?

Parmi ces profils

L’acheteur :

L’acheteur est une personne qui achète Internet comme elle achèterait une paire de chaussure, il est commun de l’entendre dire « C’est mon Internet, je l’ai acheté chez Darty ». Quand Internet ne fonctionne plus, c’est Internet qui ne fonctionne plus, pas son ordinateur ou sa connexion. Elle fait partie de cette génération qui n’est pas née avec Internet, c’est Internet qui s’est imposé à elle. Comme les entreprises, dans un registre tout autre qu’est la publicité,  elle a tout simplement transposé dans le numérique les habitudes qu’elle avait dans le monde physique.

Le Kikoolol :

Le kikoolol est celui ou celle qui vous agace sur les réseaux sociaux en postant des photos, des vidéo pénibles ou vous devez mettre « j’aime » avant de vous rendre compte que vous avez perdu 5 minutes de votre vie à regarder un chien sur une planche à voile ou qui pollue votre boîte mails de photos de chat ou de blague de c… Internet est un terrain de jeu idéal pour cela, un univers potache, divertissant. C’est le niveau 1 de l’utilisateur, il est débutant.

Le lecteur :

Le lecteur est cette personne qui découvre un beau jour qu’elle peut aussi lire son journal préféré sur Internet et oh incroyable elle peut aussi y laisser un commentaire ! Les premiers commentaires du lecteur sont ni plus ni moins qu’un cri du cœur en pensant qu’il sera écouté et lu. Il n’est pas rare de voir son commentaire terminé par 5 points d’exclamation ou en lettres majuscules.

profil

Le râleur :

Le râleur est quelqu’un qui commence régulièrement à poster des commentaires pour exprimer son mécontentement. Chose loin d’être anodine puisque il y a encore 20 ans, personne n’avait l’opportunité de s’exprimer publiquement. La meilleure chose qui pouvait  vous arriver était d’espérer être publié dans votre journal favori après avoir envoyé votre remarque au courrier des lecteurs. Autant dire tout de suite que vous n’aviez que très peu de chance d’être publié, un journal papier n’étant, en plus, pas extensible en place. C’est à cette étape précise que vous devenez internaute, c’est la liberté de parole, même pour dire n’importe quoi. Le râleur a cette faculté de lire différentes sources d’informations et commence à recouper. Auparavant les personnes qui effectuaient cette tâche étaient des spécialistes, il s’agit d’une revue de presse, ni plus ni moins.

Le commentateur :

Le commentateur se différencie du râleur par la conviction qu’il sera lu. Il ne se content plus de se plaindre ou de râler mais il commence à rédiger des phrases plus complexes, il argumente, il enrichit son propos par des liens. Il devient cohérent. Fait nouveau et fondamental, il accepte d’être contredit, il sait qu’il peut être corrigé… Les hommes politiques ne s’y font pas et ne comprennent pas, voire n’acceptent pas qu’un internaute/citoyen puisse prendre la parole et puisse se construire un point de vue critique cohérent et argumenté.

L’auteur :

La palier qui fait de vous un auteur, c’est le moment ou vous commencez à écrire des commentaires trop longs. Vos commentaires font trois pages, se noient dans les autres commentaires…bref l’idée vous vient d’ouvrir un site ou un blog pour y publier vos propres articles. Sur un sujet donné, vous avez identifié les sites qui font autorité, vous avez un esprit critique sur ce sujet, vous avez quelque chose de construit et précis à apporter au débat. Vous devenez expert.

L’animateur :

Un animateur est un auteur qui a ses propres commentateurs sur son propre site. Il anime une équipe de commentateurs, il publie des articles à partir des conversations entres commentateurs, il devient chef d’orchestre ou…rédacteur en chef. Quand on en arrive là, vous devenez un citoyen « éclairé » qui sait débattre de manière contradictoire par écrit et en public…Vous devenez un danger pour la classe politique. Ce qui autrefois était leur pré carré, devient un terrain de jeu ouvert à tous.

Ces profils sont tirés et ont été théorisés par Benjamin Bayard dans cette conférence que je vous invite à regarder ! VOIR LA CONFERENCE

Jean-Noël Toubon

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Presse papier/presse en ligne : l’exemple du journal « le Progrès » de Lyon

Posted on 03 février 2014 by admin


livreblanc3Je tenais à commencer cette année 2014 avec un exemple concret. Le journal « Le Progrès » de Lyon qui a commencé sa version web dès les années 2000, il fait office de précurseur dans sa volonté d’investir le web. A partir des élections de 2007, il va intensifier sa formule web et commencer à réellement envisager des journalistes dédiés aux web.

« On a tous compris que c’était l’axe sur lequel il fallait se développer, et que cela allait prendre des proportions que l’on avait tous sentis et qu’il y avait, à l’époque, un côté « star-up »" [...] Sébastien Jullien – Journaliste web

« On entend souvent dire que le lecteur papier est le même que le lecteur web, non ce n’est pas le même, on se prend des lecteurs, non on ne s’en prend pas etc. Ce qu’on constate c’est que nos internautes sont un peu plus jeunes que nos lecteurs papier«  Jean-Philippe Vigouroux – Chef de service

« Tout ce qui est chaud et du domaine de la révélation, ça va fonctionner, c’est aussi le cas de l’information sportive, quand on parle d’un match le lendemain, ça va fonctionner généralement beaucoup moins bien que si on le traite en live. Tout ce qui a une valeur d’usage fonctionne, c’est à dire que vous annoncez la fermeture d’une rocade tel jour à telle heure ou vous annoncez qu’il va y avoir une grève dans les cantines municipales le lendemain, il y a une valeur d’usage forte pour l’internaute, donc la aussi vous allez avoir des grosses audiences sur ces contenus là. » Jean-Philippe Vigouroux – Chef de service

progres-lyon

« Ne pas veiller à ce qui se passe sur les réseaux sociaux, c’est rater des informations. Concrètement aujourd’hui que ce soit les médias ou les politiques etc communiquent sur les réseaux sociaux avant même que l’information soit sortie officiellement par ailleurs, donc on ne peut plus rater grand chose si on a une bonne veille d’infos, mais avoir une bonne veille d’infos c’est suivre les bonnes personnes et ça c’est le plus dur. » Sébastien Jullien – Journaliste web

« Alors il y a deux sources de revenus, c’est le même modèle que pour le papier, la publicité et les abonnements. La publicité représente une part croissante, aujourd’hui le display progresse d’années en années. Depuis 3 ans on a introduit du contenus payant aux abonnés, auparavant les contenus que l’on ne voulait pas donner gratuitement, on ne les diffusait pas. Ce n’est pas comparable avec les ventes papiers, mais voir un chiffre de vente de contenus progresser et quasi doubler d’années en années, dans le discours ambiant c’est plutôt encourageant.«  Jean-Philippe Vigouroux – Chef de service

 » L’avenir de la PQR (presse quotidienne régionale) est sur le web mais sous quelle forme et sous quel modèle économique ça on ne sait pas, on a vu que de très nombreux journaux on tenté divers formules sous obtenir de réponses probantes, on a beaucoup de modèles qui se tournent vers le payant, ça ne veut pas dire que le papier est mort, cela veut dire qu’on peut penser une adéquation entre l’offre web et papier. » Sébastien Jullien – Journaliste web

Source : Journalismes.info

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , ,

Le festival international des télévisions sur Internet de la Rochelle

Posted on 30 janvier 2014 by admin


livreblanc3Un blog qui parle des webtv ne pouvait pas ne pas parler du festival international des télévisions sur Internet qui met à l’honneur ce support d’un nouveau genre.

Pour y être allé lors de la première édition, ce festival, très « carré » dans son organisation, se veut être un petit « festival de Cannes » dédié aux télévisions web car il a une dimension internationale, il propose un marché des webtv et enfin il s’agit avant tout d’une compétition entre les différents films reçus.

Pendant 3 jours, vous y côtoierez  des intervenants de qualité, vous aurez l’occasion d’échanger avec des créatifs français mais aussi étrangers et ainsi confronter des idées, des modèles économiques, des programmes etc.

Depuis les premières expériences de webtv qui datent de la fin des années 90 (autant dire la préhistoire des webtv), ce support a traversé des périodes rudes, les débits n’étaient pas suffisants, Youtube n’existait pas… Depuis ces années, la technologie est arrivée, elle s’est démocratisée et surtout, son utilisation par le commun des mortels, s’est simplifiée. C’est depuis ce début des années 2000 qu’un nombre croissant de personnes, d’entrepreneurs, se sont lancés dans la « Webtv ».

webtv_festival

Petit à petit le marché a commencé à exister, de façon chaotique et au fil du temps il a commencé à se structurer. Bien loin de devenir une activité rentable, l’immense majorité peinent encore à en vivre, quelques uns réussissent tant bien que mal à équilibrer les comptes.

Toujours est-il qu’en 2014, les webtv se professionnalisent et l’existence d’un festival international des webtv est, selon moi, la preuve tangible de cette professionnalisation. Fini le temps des expérimentations donc et  place au professionnalisme.

Jean-Noël TOUBON

Plus d’informations sur le festival ? Suivez ce lien
http://www.webprogram-festival.tv/

ebook-media-web-1

 

 

-

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , ,

Comment créer ma webtv ?

Posted on 04 octobre 2013 by admin

livreblanc3

Elles sont nombreuses les personnes à vouloir lancer leur webtv tant ce support est en vogue depuis quelques années. Trouver l’idée n’est jamais ce qui effraie en premier (même si l’idée est plus que fondamentale, j’y reviendrai), c’est plutôt l’aspect technique qui peut faire peur. Parmi les lanceurs de projet de webtv que j’ai rencontrés, il y avait deux questions qui revenaient systématiquement :

- Comment rentabiliser ma webtv
- Comment lancer techniquement ma webtv

J’ai déjà répondu en partie à la première interrogation, je vous invite d’ailleurs à lire ou à relire l’article « Enfin un modèle économique de webtv ».  Je vais donc me concentrer sur la seconde.

Comment créer ma webtv ?

Vous avez trois possibilités :

1 – Installation du bon vieux logiciel WordPress : il s’agit d’un créateur de blogs très simple à mettre en place et très performant.

Avantages : simple, gratuit et performant
Inconvénients : limité pour faire évoluer votre webtv vers une plateforme monétisable.

2 – Développer vous-même votre propre plate-forme : il s’agit d’une formule personnalisée, adaptée à votre projet

Avantages : personnalisé, performant
Inconvénients : onéreuse puisqu’il faut coder toute la plate-forme

3 – Utiliser une plate-forme déjà développée : gagnez du temps au lancement et gagnez de l’argent puisque vous ne supportez pas les gros frais de développement.pulceo

Avantages : personnalisé, performant, conçue pour les webtv
Inconvénients : maîtrise de l’outil à acquérir, avoir un minimum de personnes pour la faire fonctionner comme il se doit.

Dans mon expérience de webtv avec notre média www.pulceo.com, que nous développons depuis 2008, nous avons utilisé WordPress les deux premières années. Cela fonctionnait très bien mais nos envies et nos projets faisaient que nous avons vite été limité et bridé par ce logiciel gratuit à la base. C’est pourquoi nous avons décidé d’investir dans notre propre plate-forme, développée selon notre cahier des charges et surtout riches de nos 2 ans d’expérience avec le WordPress ( nous connaissions les envies des entreprises, des associations, des spectateurs etc). Il nous a fallu 6 mois pour mettre au point le logiciel Pulceo.com.

Ce logiciel est aujourd’hui utilisé par www.ancenis.net, journal d’informations locales appartenant au groupe de presse Edit Ouest et www.cheval-equitation.tv qui appartient à l’entreprise angevine Kryzalid.

Notre volonté n’est pas de privilégier le volume, d’être en quelque sorte une usine à débiter des webtv, car d’expérience,

« Lancer correctement sa webtv demande du temps, de l’énergie mais surtout un accompagnement personnalisé afin d’optimiser les chances de réussite car il existe une réelle différence entre les aspirations et la réalité. »

Pour conclure, la question que vous devez vous poser avant de lancer votre webtv est la suivante : quelle est mon ambition avec mon projet de webtv : en vivre ou me faire plaisir ? selon la réponse à cette question, votre choix dans mes propositions précédentes, se fera tout seul.

Jean-Noël TOUBON

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Tags: , , , , , , , ,

Gagner de l’argent grâce à ma webtv

Posted on 25 septembre 2013 by admin

livreblanc3Si il existe une question qui vaut de l’or je crois que celle-ci est dans le top 10 ! Ils sont nombreux les bloggeurs, webmasters à se poser cette question.

Je ne vais pas vous donner la formule qui permet de comprendre tous les tenants et aboutissants pour générer des revenus avec votre site Internet (déjà parce que c’est mon métier et ensuite parce qu’il existe autant de sources de revenus que de projets…).

Ce que je veux partager avec vous aujourd’hui ce n’est pas le « quoi vendre » mais le « grâce à quoi je vais vendre ». Il existe une technique qui va vous permettre de générer des revenus maintenant, un jour, peu importe. Cette technique absolument pas révolutionnaire (même si parfois on se demande si elle ne l’est pas tellement personne ne l’utilise…) c’est : LA RECUPERATION DE MAILS !!!

Avant de générer des revenus, il vous faut des prospects, c’est mieux non ? Sachez également qu’une grande partie des personnes qui visitent votre site Internet ne reviendront sans doute jamais…autant de prospects de perdus. Dès l’arrivée sur votre site, proposez leur de s’inscrire, mais attention, n’oubliez pas de leur proposer quelque chose en échange, un cadeau, une réduction, un e-book…quelque chose de qualité.

« Votre richesse, c’est votre liste de diffusion »

Si un jour Google vous pénalise, votre liste sera votre Graal, votre seule chance de survie. Grâce à votre mailing-list, vous entretenez une relation de confiance avec vos lecteurs, vous les fidélisez, vous communiquez avec, si vous avez quelque chose à vendre, vous pouvez leur demander ce qu’ils aimeraient que vous proposiez comme service ou comme produit.

Pensez y, que pouvez vous proposer à vos visiteurs comme cadeau utile, intéressant en échange d’un mail ?

Jean-Noël TOUBON

ebook-media-web-1

 

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (1)

Tags: , , , , , ,

Doit on encore utiliser le nom de webtv ?

Posted on 02 septembre 2013 by admin

livreblanc3Depuis quelques années maintenant, le terme de « webtv » est utilisé à toutes les sauces. Le moindre bout de vidéo sur un site Internet suffit à certains pour devenir une webtv.

Aujourd’hui ce terme est galvaudé me semble-t-il. Lorsque nous prononçons le mot webtv, nous pensons automatiquement à la bonne vieille télévision de papa mais adaptée version 21ème siècle, en gros…sur Internet. Dans l’imaginaire de chacun, la webtv c’est : de la vidéo sur Internet. Si nous partons de cette logique, Youtube est une webtv or je pense que non. Youtube n’est qu’une plate-forme vidéo ou l’on y voit aussi bien un chat qui saute qu’une émission de télévision.

« La webtv doit être un média d’informations (locale, thématique, corporate) triées, classées se conformant à une ligne éditoriale, à des règles de diffusion. »

Je trouve le terme « plate-forme d’informations » ou « site d’informations » plus adapté.

Si nous réduisons une webtv à un contenu uniquement vidéo, nous passons à côté de ce qui fait la force et la pertinence du web à savoir : la diversité des médias, les anglos-saxons utilisent le terme de rich media. Les médias traditionnels sont dans l’incapacité de proposer à leur audience autre chose que du texte pour les journaux, de la vidéo pour la télévision… Tirons notre épingle du jeu et utilisons les différents médias pour être créatifs et pertinents.

Multimedia icons set - photo and video

Pourquoi se restreindre à la vidéo alors que vous pourriez ajouter de la photo, du son, des fichiers… Quelque part, se restreindre à la vidéo revient à réutiliser les codes d’antan : la télévision c’est de la vidéo, la radio c’est du son etc. Le web c’est…tout ça en même temps. Les termes comme radio, télévision sont en passe de perdre leur sens propre.

Je me bats depuis 7 ans pour expliquer qu’il faut faire table rase des médias du passé pour réécrire une nouvelle façon de « faire » de l’information.

Si vous êtes une entreprise, un média d’information locale, un site thématique…ne vous privez pas, variez les plaisirs, tantôt une vidéo, tantôt un reportage audio… Cette façon de procéder présente de nombreux avantages, un internaute peut préférer une vidéo, un autre une bande audio, un autre un texte détaillé, en variant les médias, vous augmentez vos chances de toucher un large public et certaines informations se prêtent mieux à la vidéo ou à un autre type de média. Le son est plus adapté au smartphone, un cours sera complet si vous mixez la vidéo et les fichiers pdf par exemple.

Vous pouvez même envisager de proposer un contenu rich média pour vos abonnés. La formule gratuite utilise un des médias, la formule payante est plus complète avec du son, des fichiers, de la vidéo…

Jean-Noël Toubon

ebook-media-web-1

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Commentaires (0)

Advertise Here
Advertise Here